Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section
Béarn-Soule

Chers amies et amis sociétaires,
J'espère que vous avez passé un bel été entouré de vos enfants et/ou petits-enfants et que vous êtes en pleine forme pour aborder cette nouvelle rentrée du Comité de Pau de la Société des Membres de la Légion d'Honneur.
En liminaire, je souhaitais vous faire part de quelques réflexions qui me tiennent à coeur.
La SMLH est une association "loi de 1901". Son fonctionnement, à base de bénévolat, ne relève donc que de la bonne volonté de ses membres. Depuis que j'ai pris la présidence du comité et dans la continuité de ce que faisait mon prédécesseur, nous avons effectué de nombreuses actions, en priorité tournées vers nos adhérents les plus fragiles compte tenu de leur âge ou de leur état de santé. C'est la mission principale de notre comité qui est chargé d'assurer le lien avec tous les adhérents par l'intermédiaire des délégués. Cette mission est le dernier des cinq piliers de notre société qui sont : rassembler, rayonner, s'engager, promouvoir et aider. Mais les actions de notre comité ne doivent pas s'arrêter là ! Il s'agit aussi de participer, en fonction de nos possibilités, aux quatre autres piliers, dont la mise en oeuvre est plus particulièrement dévolue à la section Béarn et Soule.
Or, depuis 18 mois, j'ai lancé un certain nombre d'appels aux bonnes volontés. Tous sans exception n'ont reçu aucun écho. Je n'ai obtenu que quelques réponses mais toutes négatives. Je ne vous cache pas qu'à chaque fois ma déception a été grande. À chaque fois, je me suis posé la question de savoir pourquoi certains donnaient de leur temps et d'autres non. Les raisons invoquées sont souvent l'âge, la santé et de trop nombreuses activités annexes. J'entends et comprends ces raisons tout en sachant que chaque délégué ou membre de votre bureau pourrait aussi en faire valoir au moins une, voire deux, ce qui ne les empêche pas de donner encore et toujours ! J'émets donc aujourd'hui ce voeu pieux, que chacun s'interroge sur les raisons qui le
poussent à ne pas s'engager un peu plus dans le fonctionnement de notre comité. Dans les jours à venir, je vais lancer ou relancer des appels aux bonnes volontés pour honorer certains postes* et, à la lumière de cette réflexion personnelle, mon plus grand souhait est qu'ils aient plus de chances d'aboutir. D'ores et déjà, je vous remercie de répondre favorablement et de nous aider dans notre tâche, le bon fonctionnement de votre comité !
Je vous prie de croire, cher(e) sociétaire, à l'expression de mes meilleurs sentiments.
Bernard DIDIER, Président du comité de Pau

Nouvelles Lettres du Président

Objet : Recherche de volontaires pour la fonction de délégué de comité.
Référence : Lettre de rentrée du président du comité, du 17 septembre 2019.

Chers amies et amis sociétaires,
Par lettre du 12 avril 2018, j'avais lancé un appel à volontaires pour devenir déléguéde notre comité. Malheureusement, cet appel est resté sans écho. Conformément à ce que je vous écrivais, le 17 septembre 2019, dans mon courrier de rentrée, je renouvelle
aujourd'hui cet appel aux bonnes volontés. En effet, la mission prioritaire qui nous incombe est de venir en aide à ceux qui en ont
le plus besoin, en particulier à ceux qui sont dans la peine, dans des difficultés financières ou diminués par la maladie. Pour assurer cette mission il est indispensable d'être proches des sociétaires, de tous les sociétaires. C'est le rôle du délégué de comité. Vous trouverez en pièce jointe une fiche succincte qui détaille ce rôle. Aujourd'hui, il n'y a toujours pas assez de délégués pour couvrir les besoins du comité de Pau. Est-il vraiment besoin de vous rappeler qu'arborer l'insigne de la Légion d'honneur
n'est pas une fin en soi mais la poursuite de l'engagement à servir, engagement qui vous a permis d'être distingué(e). Ainsi, je fais encore appel à votre sens de l'honneur et des responsabilités. Après avoir constaté que cette fonction primordiale n'est pas trop
chronophage, je suis persuadé que vous comprendrez le bienfondé de cet appel et que vousviendrez renforcer l'équipe des délégués. Pour cela, mettez-vous en rapport avec Marie-Françoise Benoist, notre secrétaire (voir coordonnées en bas de page). Car n'oublions jamais, comme le disait à juste raison Ronald Reagan, que
« Nous ne pouvons pas aider tout le monde, mais tout le monde peut aider quelqu'un ».
En vous remerciant par avance pour votre futur investissement, je vous prie de croire, cher sociétaire, à l'expression de mes meilleurs sentiments.
Chers amies et amis sociétaires,
Par lettre du 11 juin 2019, j'avais lancé un appel à volontaires pour devenir « Cueilleur de mémoire ». À l'instar de mes différents appels, celui-ci est aussi resté vain. Faisant suite à ce que je vous écrivais, le 17 septembre 2019, dans mon courrier de rentrée, je renouvelle aujourd'hui cet appel aux bonnes volontés. La Légion d'honneur est la plus haute distinction française. Depuis deux
siècles, elle est remise au nom du Chef de l'État pour récompenser les citoyens les plus méritants dans tous les domaines d'activité. Or, au niveau du comité de Pau, j'ai constaté que nous connaissons peu « nos » sociétaires par manque d'éléments sur leur vie, éléments qui ont été à l'origine de leur proposition pour l'obtention de leur distinction. Il m'était donc apparu
intéressant d'organiser le recueil de pages d'histoire(s), de destinées ou d'anecdotes
afin qu'elles ne tombent pas dans l'oubli. L'important est de recueillir ce qui a fortement marqué l'intéressé au cours de sa vie. Ce recueil de témoignages pourrait ensuite abonder la rubrique « Tranches de vie » de la « Lettre du Légionnaire » et ainsi nous enrichir tous et nous permettre de mieux nous connaître au sein du comité. Mais il pourrait aussi aider à tracer l'historique de l'action des légionnaires en Béarn et Soule, travaux envisagés dans le cadre du centenaire de la SMLH.
En conséquence, je souhaite constituer au moins deux équipes de deux personnes chargées de rencontrer les légionnaires et recueillir leurs souvenirs. Ces équipes seront dénommées « Cueilleurs de mémoire ». Le délégué de comité sera naturellement concerné car rien ne se fera sans lui. En effet, c'est au délégué qu'il appartiendra de déclencher la séance de recueil car, mieux que quiconque, c'est lui qui connaît le sociétaire. Il sera chargé de lui expliquer la démarche et, après son acceptation, d'organiser un rendez-vous avec l'équipe. Préalablement, il pourra aussi éventuellement récupérer des documents qui serviront à la préparation de l'entretien. Ensuite, il participera ou non à cet entretien, selon sa convenance.
Les « Cueilleurs de mémoire » quant à eux, en présence ou non du délégué,feront parler le légionnaire et enregistreront ses propos ou les prendront en notes manuscrites. Ils pourront enrichir ce recueil par quelques photos. Ce moment doit être également un moment de convivialité par exemple sous la forme d'une collation (à définir pour chaque cas) offerte par le comité.
Enfin, les « Cueilleurs de mémoire » devront proposer un projet de texte à uncorrecteur ou rédiger le texte définitif et l'envoyer aux secrétariats du comité et de la section. Leur rôle s'arrêtera là.
Si vous êtes intéressé(e)s par cette importante mission mémorielle, ce que j'espère sincèrement, faites-vous connaître auprès de notre secrétaire ou de moi-même (coordonnées en bas de la page précédente). Une nouvelle fois, je compte sur vous !

En vous remerciant par avance pour votre futur investissement, je vous prie de
croire, cher sociétaire, à l'expression de mes meilleurs sentiments.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016