Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section
Béarn-Soule

Ce mardi 07 février 2017, en fin de la pluvieuse matinée, un hôte de marque a été accueilli au camp de Gurs, en la personne de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État aux Anciens Combattants, rattaché au ministère de la Défense.
Accompagné du préfet et du sénateur Jo Labazée, ainsi que de la sous-préfète d'Oloron, il a rendu hommage aux personnes mortes au camp, toutes époques confondues. Le maire de Gurs, Michel Forcade, souhaite que les gens puissent "s'imprégner de la souffrance qui a eu lieu ici" et a estimé "très insuffisant" le seul bâtiment d'accueil réalisé pour perpétrer la mémoire du lieu.
Un projet de musée, porté par les associations de mémoire et avant tout l'Amicale du camp de Gurs, a été présenté au secrétaire d'État lors du déjeuner. "C'est l'objet principal de notre requête aujourd'hui, je vous demande votre aide", a poursuivi Michel Forcade.
Jean-Marc Todeschini lui a répondu que le ministère de la Défense s'engagerait, comme il l'a fait pour d'autres lieux de mémoire, mais qu'une meilleure solution de gérance devrait être trouvée localement.
RENSEIGNEMENTS ESSENTIELS SUR LE CAMP DE GURS
Le camp de Gurs est situé en Béarn, approximativement au centre du département des Pyrénées-Atlantiques, à 20 km à l'est d'Oloron-Sainte-Marie et à 5 km de Navarrenx.
Il fut un des plus vastes que la France ait connu à cette époque : 2 km de long sur 500 mètres de large.
Il se composait de 13 îlots, dénommés chacun par une lettre de l'alphabet, de A à M. Chaque îlot comprenait 25 baraques environ. Les baraques d'internement étaient en bois elles mesuraient 30 mètres sur 6 lorsqu'elles étaient pleines, elles pouvaient recevoir 60 personnes il n'en reste plus rien aujourd'hui.


Le camp de Gurs a servi de lieu d'internement administratif du 2 avril 1939 au 31 décembre 1945. Quatre groupes principaux d'internés s'y sont succédés, sans jamais véritablement s'y rencontrer.

1- du 2 avril 1939 au 10 mai 1940 : les Républicains espagnols et les volontaires des Brigades internationales. Au total, 27 350 personnes, exclusivement des hommes.

2- du 10 mai 1940 au 1er septembre 1940 : des "indésirables", essentiellement des femmes originaires d'Allemagne et des pays appartenant au Reich. A leurs côtés, quelques centaines d'hommes internés pour délits d'opinion (communistes, Basques espagnols, etc.). A u total, 14 795 hommes et femmes.

3- du 1er septembre 1940 au 25 août 1944 : les Juifs étrangers. Au total, 18 185 hommes, femmes et enfants internés en raison de l'antisémitisme d'état pratiqué par le régime de Vichy. Ils seront systématiquement déportés vers Auschwitz et exterminés à partir de 1942.

4- du 25 août 1944 au 31 décembre 1945 : les "collabos" et quelques centaines d'antifranquistes espagnols. A u total, 3 370 personnes, exclusivement des hommes.


Retourner à l'historique des souvenirs



  © SMLH - 2016