Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section
Béarn-Soule

Hommage à notre regretté Président.
L'Adieu à Paul Cayrat.
Une foule considérable composée de nombreuses autorités civiles et militaires s'est rassemblée en l'église Sainte Foye de Molaas pour assister aux obsèques de Paul Cayrat, décédé subitement à l'âge de 75 ans.
Ce dernier hommage lui a été rendu en particulier par la section Béarn-Soule de la Société des Membres de la Légion d'Honneur, l'Amicale des officiers de réserve des Pyrénées Atlantiques, l'Amicale de l'Ecole des troupes aéroportées de Pau, de nombreux élus locaux ainsi que des amis et anonymes qui ont tenu à apporter leur soutien à son épouse, ses enfants et toute sa famille.
A tous ceux précités, nous présentons nos plus sincères condoléances. (aticle de Jean-Louis Lestelle "Morlaas & Vic-Bilh)
Hommage funèbre du colonel Paul CAYRAT, rendu au nom de la Section Béarn et Soule de la SMLH en l'église de Morlaàs, le vendredi 13 octobre 2017, par Monsieur Christian
DESPLAT, vice-président de la section.

Cher Paul,
« L'honneur fait tant de mal dans le monde, qu'il est assez malaisé de définir quelle estime on doit en faire ». En prononçant ce sévère jugement, Bossuet condamnait le dévoiement d'une vertu par la sotte passion des duels. Mais il se trompait sur la vertu universelle et laïque de l'honneur. Paul Cayrat reconnaissait volontiers que les décorations, les médailles n'étaient que des signes si on ne leur donnait pas du sens. Officier de la Légion d'honneur il avait fait son choix : l'honneur était d'abord le don de soi et, ensuite seulement, celui de l'estime de soi. Il suivait l'exemple de Montaigne : face à un choix sacrificiel, l'homme est seul avec sa conscience.
Comment, lorsque le Seigneur rappelle l'un des siens, un être qui nous était cher, parce qu'il était un exemple de ce don de soi, comment cette brutale disparition qui plonge une famille dans l'affliction, comment ne pourrions-nous pas exprimer un sentiment
d'injustice, de révolte ? Et cependant, celui que nous pleurons, lui plus que tout autre, était préparé à se soumettre au décret de Celui qui nous ouvre les portes de la Cité céleste et, comme Marie, comme le soldat du centurion de Capharnaüm, nous disons : fiat, que ta volonté mon Dieu soit faite.
C'est dans la montagne pyrénéenne qui lui rappelait les sévères forêts de sa chère Lorraine, par une douce et lumineuse journée d'automne que Paul a répondu à l'appel. Nous attendions encore beaucoup de son énergie, de son enthousiasme, de son amitié. Cher Paul, tu exerçais ta présidence avec une ferme bonhommie, sans préjuger du rang, des origines, des opinions de tes camarades. Tu ne servais qu'une seule cause, celle que tu appelais : « Notre belle Légion d'honneur ». Tu portais une véritable passion à l'opération, « L'Honneur en Action », pour la jeunesse, pour tous les blessés de la vie. Guerrier dans une autre vie, tu avais ton jardin secret : le ton de ta voix, ton visage changeaient lorsque tu parlais de Maryse, de tes enfants et petits-enfants. On sait moins qu'à une présidence bâtie sur la confiance, l'estime réciproque, tu apportais avec une empathie discrète le réconfort d'une amitié sincère à ceux qui vivaient des situations douloureuses. Nombreux sont ceux qui ont des dettes envers toi et qui ne pourront jamais les honorer parce qu'ils ignorent qu'ils sont tes débiteurs.

Cher Paul, tu as servi la Cité terrestre avec la même foi que le centurion de l'Évangile. Parce que nous partagions ta foi en l'homme et en Dieu, nous savons que tu seras toujours à nos côtés pour l'honneur de servir les valeurs de notre Ordre, car : « L'ange de l'Eternel campe autour de ceux qui le craignent et il les arrache au danger », Ps. 34-5-8.
Paul, le Seigneur t'a donné sa paix, qu'il nous donne la force de suivre le chemin que tu nous as tracé.


Hommage du général d'armées Hervé GOBILLIARD, président national de la société des membres de la Légion d'Honneur.

C'est avec une très profonde émotion et une très grande tristesse que toute la région du Béarn, la ville de Serres-Morlaas, tout le pays de Morlaas, la Société des membres de la Légion d'honneur et la section de Béarn-Soule ont appris la disparition brutale de notre ami Paul Cayrat mardi dernier.
Cet, homme d'exception, cet officier, ce responsable politique, ce remarquable chef d'entreprise a porté haut toute sa vie les couleurs de la France qu'il a a imée passionnément. Il a marqué comme nul autre la Société des membres de la Légion d'honneur et la section de Béarn-Soule.
Engagé volontaire en Algérie en 1960 à 18 a ns, il a voulu, dès qu'il le pouvait, servir son pays la France avec passion et brio.
Pendant 36 ans, soit dans l'active comme dans la réserve, il n'a pas cessé de montrer que sa seule devise était «servir». Il l'a fait avec une ténacité et un sens des autres remarquable jusqu'à la responsabilité de chef de corps pendant 8 années du 18ème RI après avoir été un chuteur opérationnel et un instructeur de chute libre de très haut niveau.
Sans cesse soucieux de se remettre en question et de construire, il a créé puis dirigé la CEGEP avec un sens du bien commun reconnu par tous. Dans le même temps, il s'est engagé pendant 13 ans au service des concitoyens de Serres-Morlaas comme maire de la ville et premier vice-président des communes du Pays de Morlaas.
Et puis, c'est comme sociétaire de la Société des membres de la Légion d'honneur et surtout comme président de la section de Béarn­ Soule pendant 5 ans qu'il aura montré la plénitude de ses extraordinaires qualités d'entraîneur, de dynamiseur et de force de propositions.
Son coeur battait pour la SMLH et la section de Béa rn-Soule tous ses instants leur étaient consa crés. Il voulait que sa section vive, rayonne, qu'elle soit appréciée et reconnue par tous.
Jusqu'à son dernier souffle il a vécu pour elle et il foisonnait d'idées innovantes et de projets en particulier au profit des jeunes.
Quel exemple de désintéressement, de passion et de vie il nous a donné.
Depuis mon élection comme président de la SMLH, il aura été pour moi un conseiller de tous les instants et, j'ose le dire, un guide plein d'intelligence et de gentillesse. Que n'a-t 'il fait pour que la section de Béa rn-Soule soit le phare de l'honneur.
Il nous a tracé le chemin de l'intelligence et de l'innovation. Aujourd'hui, la SMLH et son Président sont en deuil.
Serres-Morlaas est en deuil.
Mon cher Paul
Tu nous as montré, à temps et à contre temps, le chemin de l'Honneur, de l'amour de la Patrie et le vrai sens de la solidarité.
Nous saurons rester dignes de la voie que tu nous as tracée. Dans les moments de doute et d'incertitude, nous saurons, grâce à toi, nous redresser.Tu as toujours su le faire. A ton exemple, nous ferons de même.
Pour moi, Président de la SMLH, tu resteras dans mon coeur et dans ma memoire le président de section par excellence. La providence m'a
mis sur ton chemin il y a 50 ans et j' en ressens une profonde reconnaissance. Tant que la France comptera de tels serviteurs, notre pays vaincra toutes les inquiétudes et toutes les difficultés.

Madame, et vous toute sa famille, vous pouvez être fiers de votre mari, de votre père et de votre grand-père. Paul était un chef, un homme debout et droit, un soldat exemplaire, un légionnaire passionné par une seule chose : la France.

Adieu, mon Cher Paul, même si l'émotion nous étreint, tu nous as toujours dit et magnifiquement montré que si la France t'avait beaucoup donné, tu tenais en retour à tout lui donner.
Que Saint Michel et Saint Georges t'accueillent comme tu le mérites.
Vous trouverez un repotage plus complet et plus graphique dans la page, "Liens Utiles".


Retourner à l'historique des souvenirs



  © SMLH - 2016