Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section
Béarn-Soule

Photographie de la dernière activité

Obsèques de l'adjudant-chef Pierre DUCHENOY.
Église de Serres-Castet, le mardi 24 janvier 2017.
Pierre DUCHENOY naît à Paris, le 25 novembre 1931. Après ses études secondaires, il s'engage dans l'Armée de l'air, le 27 novembre 1950, au titre du personnel navigant. Après avoir suivi sa formation militaire initiale, il obtient le brevet de navigation en avion, le 12 septembre 1952, en Ontario, à la Winnipeg Royal Canadian Air Force Station. De retour en France, il obtient le brevet de mitrailleur en avion, en décembre de la même année.
Au cours de ses seize années de carrière, il est affecté dans divers groupes ou escadrons de transport, comme le GT 02/063 "Sénégal" à Saïgon, d'avril 1954 à mai 1955, l'ET 03/061 "Poitou" à Orléans en 1955, GT 03/062 "Sahara" à Maison Blanche, en Algérie, en 1956, la Division instruction de la Base École 702 d'Avord, en 1958, ou le Groupement École 00 316 à Toulouse-Francazal, en 1965, où il termine sa carrière militaire.
S'agissant de son avancement, de sergent en 1952, il atteint le grade d'adjudant-chef en 1964. Quant aux récompenses et décorations, elles sont fort nombreuses. J'ai trouvé dans son livret militaire, 8 Témoignages de satisfaction à l'ordre de la Région et de la Division aériennes et 2 citations à l'ordre de la Division aérienne. Voici un court extrait du motif d'une citation : « Jeune navigateur arrivé en pleine bataille de Dien Bien Phu. A su s'adapter rapidement au travail particulier du parachutage sur ce camp retranché. S'est distingué de nuit, le 5 mai 1954 en passant 7 fois à très basse altitude sur le point d'appui central malgré le tir très violent des armes automatiques pour larguer le personnel qu'il avait à son bord Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre des Théâtres d'Opérations Extérieures avec étoile d'argent ».
Ces périodes sur les théâtres d'opérations lui permettent d'effectuer, dans des conditions souvent périlleuses, 48 missions de guerre n°2 en 115 heures de vol, en Indochine, et 193 missions au titre du maintien de l'ordre en 985 heures de vol, en Algérie.
Concernant les décorations, en plus des diverses médailles commémoratives, il est titulaire de la Croix de guerre des Théâtres d'Opérations Extérieures avec étoile d'argent, de la Croix de la Vaillance vietnamienne avec étoile de bronze, de la Croix du combattant volontaire avec barrette « Afrique du Nord », de la Croix de la Valeur militaire avec étoile de vermeil, de la Médaille militaire et il est promu officier de la Légion d'honneur, le 16 avril 2004.
Enfin, avec 3 344 heures de vol dont 777 de nuit, il est admis à la retraite, le 1er août 1966, et à l'honorariat du grade d'adjudant-chef, le 13 juillet 1982.
Bien sûr, à 35 ans on est jeune et il faut encore travailler. Il fait donc une deuxième carrière comme fonctionnaire à la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales de La Réunion. Cela ne l'empêche pas d'oeuvrer aussi dans diverses associations comme l'Association Nationale des Sous-Officiers de Réserve de l'Armée de l'Air à la Réunion ou l'Association Nationale des Combattants de Dien Bien Phu en Béarn. Puis, au moment de sa deuxième retraite, il vient se retirer dans la région paloise. Mais quelle en est la raison ? C'est le colonel ADIAS qui m'a donné la réponse. À sa question « Mais pourquoi donc es-tu venu te retirer ici ? », Pierre DUCHENOY lui a simplement répondu « C'est parce que vous y étiez ! ». Cette preuve d'amitié sincère a bien entendu beaucoup touché son pilote préféré. Homme très actif, Pierre DUCHENOY a aussi été Conciliateur de justice à Billère.
J'ai brossé très rapidement la carrière de ce « vieux soldat », terme très affectif que nous employons dans l'armée pour nommer un ancien qui force le respect. Mais qu'elles étaient les qualités de l'homme ? C'est encore en consultant son livret militaire que j'ai pu le cerner. J'y ai relevé les qualificatifs qui revenaient fréquemment. Certes ils concernent souvent le militaire mais s'appliquent parfaitement à l'homme : « sous-officier de valeur, sûr et dévoué. Auxiliaire précieux du commandant d'avion. Tempérament calme et réfléchi. Courageux et fanatique du vol. Remarquable par son calme et son sang-froid ».
Adjudant-chef Pierre DUCHENOY, vous avez servi la France avec abnégation, sens du devoir et foi en la mission. Soyez-en vivement remercié. Vous méritez le respect de tous. Je vous assure que vous avez le mien. Adishatz mon adjudant-chef !
Général de Brigade Aérienne (2S) Bernard DIDIER


Retourner à l'historique des reportages de souvenirs



  © SMLH - 2016